02/09/2009

Attrape-moi si tu peux

Au plus on s'approche de l’explosion,

Au loin s’éloignent les rêves et l’espoir d’un équilibre

Jamais acquis, jamais touchés, jamais frôlés

Et on se renferme sur un cœur avide de tranquillité, un cœur en agonie

 

Au plus on épuise les raisons

Au loin s’en vont les pourquoi, les comment, les quand dira-t-on

Ne jamais avouer, toujours ravaler,  encore avaler

Et on s’enfonce dans vos pensées, et on a même plus mal

 

03:00 Écrit par marie@ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.