10/08/2007

Tu m’as dis « c’est combien »

Je suis revenue de loin

C’était un bon matin

J’ai rencontré ton rein

Remonté jusqu’au sein

 

Je suis revenue un soir

Tu fouillais mes tiroirs

T’as trouvé des cafards

Et tu m’as dis au revoir

 

Tu m’as dis « c’est combien »

Pour rencontrer mon rein

J’ai alors pris ta main

Et puis j’ai pris le train

 

J’étais un abreuvoir

Ou peut être une veuve noire

Ou bien un déversoir

Une piste aléatoire

 

Et je regarde de loin

Les requins et leurs seins

J’ai rencontré le mien

Mais lui c’est un dauphin (Il est gentil)

 

06:20 Écrit par marie@ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.