06/02/2007

le temps au gré de la chaleur

untitled7

La peau s’effrite comme le temps

Et les gens changent

Comme c’est lassant

La vieillesse s’attaque à l’énergie

On perd des choses et des amis

Et on se brise à l’intérieur

On s’apitoie sur son propre bonheur

Déranger par la différence

Se séparer par l’ignorance

On se déclare la guerre

Sans qu’on n’ait jamais su

Le vrai, le faux, les dus et les redus

On se dirige là où on voulait être

Depuis le jour où de par la fenêtre

Nos parents ont versé en vain

Des larmes pour notre heureux destin

Et moi je me refuge dans ma névrose …

07:37 Écrit par marie@ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.