11/09/2006

Pardon, je n'ai pas pu être optimiste

Quand les hommes ne se parlent plus d’amour

Parce qu’il n’y a plus de raison de…

Quand tu baises ta femme

Et que tu penses à tout ce que l’autre te ferait

Quand tu regardes ton boss

Cent fois plus intéressé par tes fesses

C’est déjà mieux ça qu’un fan de foot

Te dirais-tu …

Quand tu n’écoutes plus rien que ton petit ego

Qui a besoin de plaire et de séduire

Pour survivre dans une monde de fous

A moitie prêt à se foutre à poil

Pour une poignée de re-con-naissance

Quand tu pisses sur tout ce que ceux qui t’ont mis au monde

Ont tenté de te donner

Libre à toi de prendre ou ne pas prendre

Non tu pisses dessus

Comme si tu t’étais fait tout seul

Pauvre con

Quand tu es prêt à tout pour être le premier

Quand tu hais tout ce qui bouge autour de toi

Quand tu n’es même plus capable de pleurer

Quand tu hais tout ce qui ne te ressemble pas

Quand tu penses que tu es le meilleur

Quand tu ne me regardes plus dans les yeux

Pour me dire que tu m’aimes

Quand tu cries sans raison

Alors qu’il t’aime

Quand tu fais tout pour faire souffrir

 

Je me regarde dans le miroir

Et je pleure

Parce qu’au fond

Si ce n’est pas déjà le cas

Je deviendrai comme cela

Et mes enfants

Et tes enfants

Et nos enfants

Et vos enfants

Et leurs enfants

Et …

Et tout ça par ma faute

08:06 Écrit par marie@ dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.